LES COMPOSANTES DE LA ROBOTIQUE

0

Lors de ma première chronique, je vous ai raconté comment j’ai gouté pour la première fois à la robotique. Tout juste sorti du cocon de ma classe préparatoire tissé dans le cadre idyllique de la ville de Fontainebleau, je me retrouve à Paris le premier jour de classe à avoir une discussion sérieuse sur les robots (je dis sérieuse car c’était la première fois que je me retrouvais face à un expert en robotique) où je me prends une claque sur la réalité de la robotique dans le monde actuel. Finie la science fiction, il est temps de faire face à la réalité, d’ouvrir son cahier, de prendre son stylo, d’ingurgiter les paroles des roboticiens qui nous font face, de comprendre, d’apprendre. Bref, l’heure n’est plus aux romans mais à l’étude.

Curieux de ce qu’il m’attend durant les trois prochaines années, je regarde le programme découpé par semestre du cursus d’ingénieur en robotique. Grosse surprise, je m’attendais à jouer avec des robots dès la première année et là je vois trois dominantes :

  • Mécanique
  • Mathématiques et Informatique
  • Electronique

Je vous épargne les détails des cours ; il faut juste savoir qu’il n’y avait rien qui s’affiliait à de la robotique. Deuxième semestre pareil, à l’exception d’un mini-projet de robotique. Aux troisième et quatrième semestres, il n’y a que deux dominantes. La première regroupe les trois dominantes précédentes. Ma conclusion est que la robotique doit se baser sur l’alliance de la mécanique, de l’électronique et de l’informatique pour exister. La seconde dominante du troisième semestre me fait alors fantasmer : la cybernétique. En instant, devant ce mot, je me replonge dans le monde imaginaire de mon enfance et de mon adolescence. Mais qu’est donc exactement la cybernétique ? Grace au reflexe wikipédien, me voilà devant la définition suivante :

[quote]

La cybernétique est une science des systèmes autorégulés, qui ne s’intéresse pas tant aux composantes qu’à leurs interactions, et où est pris en compte avant tout leur comportement global. C’est une modélisation de la relation entre les éléments d’un système, par l’étude de l’information et des principes d’interaction.

[/quote]

Aie ça fait mal à la tête ! En gros, la cybernétique c’est le principe de «action/réaction». La cybernétique est un domaine vaste qui regroupe aussi bien l’automatisme que l’intelligence artificielle, en passant par le traitement d’image, de façon plus général le traitement du signal et donc la reconnaissance des formes ainsi que l’interaction et la communication verbale.

Au cinquième semestre, une dernière dominante apparaît : la commande. De façon très simplifiée, la commande consiste à faire amener un robot d’un point A à un point B.

A partir des différentes dominantes de la formation Robotique, on peut donc en conclure sur les choses nécessaires à l’existence d’un robot. La mécanique au travers de la conception industrielle vient définir l’architecture physique du robot. L’électronique au travers des actionneurs (tels que les moteurs), des capteurs (tels que les potentiomètres) et des cartes électroniques permet la mobilité du squelette mécanique. L’informatique au travers des programmes définit les comportements du robot. A partir de l’informatique, la cybernétique permet de créer une interaction entre le robot et son environnement ; et la commande des systèmes robotiques permet aux interactions de se faire en définissant les modèles d’actionnements correspondant aux interactions désirées.

About author

No comments

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles Recommandés