Larry l’ingénieur, jouait à Monkey Ball en grignotant une boite de Mikado.

0

L’insight out of the box, qui a viré au « The hell with the box anyway ».

Le Super Ball Bot est un projet que la Nasa a jugé bon d’ajouter à la shortlist 2013 – blindée pourtant bien garnie – du Spectrum IEEE. L’idée du brief était de déconstruire le concept – comme la structure – du rover afin d’envisager des explorations plus ambitieuses, plus loin, Saturne, Titan, Jupiter. Le challenge étant de proposer un nouveau paradigme de déplacement tout en établissant un nouveau record d’économie, tant en masse qu’en encombrement : « la topographie vicieuse de ces planètes – de toute façon inhabitables – n’a qu’à bien se tenir ». Résulat des courses. Un challenge vaincu par KO des suites d’un uppercut en plein dans la contrainte du brief.

S’il cherche dans l’historique de navigation de la Nasa, Curiosity risque de faire une grosse crise de jalousie.

Derrière l’insight visuellement redoutable – tant l’objet fascine par sa démarche – se cache un cahier de charges paraphé de bout en bout, le tensegrity rover peut subir une chute d’une centaine de mètres – sans chemise, sans parachute, sans pantalon ! – sans craindre de compromettre sa structure. Le bougre peut également franchir des obstacles qu’un modèle actuel serait tout simplement incapable de surmonter. Engadget trouve sa démarche peu gracieuse, mais je peux parier ma casquette qu’un ballet synchronisé et chorégraphié d’une ribambelle de swarm-Super Ball Bots avalant les miles sur Mars – ou juste la Lune, c’est déjà pas mal – serait tout simplement irrésistible et hypnotisant.

Mise à jour : Au bout de la huitième lecture, l’anthropomorphisme aidant – le bougre inspire la vague idée d’une monkeyball élastique dans laquelle une poignée de primates se disputeraient le gouvernail.

 

botnasarover

About author

No comments

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles Recommandés