L’équipement du motard – les gants

0

Après le casque, l’équipement le plus indispensable est une paire de gants. Le premier réflexe lors d’une chute, même à basse vitesse, est de placer les mains devant soi pour amortir le choc et protéger la tête, le visage, la cage thoracique.

Rouler sans gants, à quels risques ?

Le revêtement des routes est abrasif afin que les pneus adhèrent dessus. Dès 15-20 km/h, une chute sans gants va provoquer une brûlure au premier degré. La guérison est rapide, quelques jours, ne laissant pas de cicatrices. A près de 30 km/h, une brûlure au second degré résultera de la chute. Trois semaines de pansements seront nécessaires au rétablissement, impossible de s’habiller ou de se laver seul, manger devient compliqué. A partir de 50 km/h, c’est la brûlure au troisième degré, la chair est à vif, il faudra au moins deux mois pour que la peau se régénère, voire une greffe de peau… Une glissade à faible ou moyenne vitesse suffit à vraiment vous abîmer les mains.

Un gant de moto remplit principalement trois rôles :

  • Protéger votre main des projections : insectes en vol dans l’air (surtout quand il fait beau et chaud), graviers projetés par le véhicule que vous suivez, cailloux perdus par le camion-benne devant vous, brindilles, mégots, etc. Pour cela, un simple gant en cuir ou en textile léger suffit, il faut juste une couche de protection sur la peau.
  • Protéger votre main des intempéries : pluie, vent, froid, chaleur… Les mains, comme les pieds et les genoux, sont très exposées au vent relatif à moto. Il faudra donc selon les cas, un gant imperméable, doublé, aéré ou à l’inverse hermétique, chaud ou ventilé, respirant…
  • Protéger votre main des blessures en cas de chute, de glissade, de choc… Et là intervient forcément un compromis : plus un gant est épais et rigide, plus il sera protecteur, mais moins il sera confortable.

Types de gants

Il existe différents types de gants adaptés aux conditions climatiques et au type de moto (gants d’été ou d’hiver, sport, loisir, tourisme, cross…). Il est conseillé de n’utiliser que des gants en cuir spécifiques à la conduite de la moto et d’exclure l’usage de gants textiles qui sont sources de brûlures en cas de chute. Parmi les matériaux présents sur le marché, le Gore-Tex constitue une bonne protection contre la pluie mais aussi contre le froid par l’évaporation de la transpiration. Comme on peut le voir, il est aisé de se perdre devant l’embarras de l’offre.

Comment s’y retrouver ?

Le choix d’une paire de gants doit se faire selon deux critères principaux : leur capacité de protection et leur adaptation aux conditions climatiques pour lesquelles vous allez les utiliser.

Pour être à la fois efficace et confortable, un gant se doit d’être à la taille qui VOUS convient.

Pour s’assurer du confort des gants, il est préférable d’essayer les gants avant d’arrêter son choix. Certaines marques taillent petit, d’autres plus grand, il est délicat d’acheter à distance.

C’est la largeur de votre paume qui est à prendre en compte. Un gant doit en premier lieu être ajusté à votre paume. Un gant trop serré sur la paume vous coupera la circulation, un gant trop lâche aura tendance à laisser votre main « glisser » à l’intérieur, source d’inconfort et de moindre maîtrise des commandes.

Après la paume, les doigts. Avec votre main libre, appuyez entre les doigts de votre main gantée. Vos doigts ne doivent pas venir en butée au bout des gants, mais garder une marge de 1 à 2 millimètres. Si c’est le cas, essayez la taille au-dessus.

Mieux, si vous le pouvez, enfilez le gant et prenez un guidon en main. A défaut de pouvoir les essayer sur la route, faites au moins un test statique en magasin. Gants enfilés, allez actionner les commandes d’une moto ou d’un scooter pour éprouver le « feeling » de vos futurs gants.
Main sur la poignée, votre pouce ne doit pas être gêné, et, en voulant saisir le levier gauche ou droit, les autres doigts doivent avoir cette légère marge au bout du gant. Le pouce doit rester mobile pour être capable d’actionner les commandes. Lorsque vous ouvrez votre main, la paume de votre gant ne doit ni être tendue, ni renflée. Et surtout, vous ne devez pas ressentir de pli gênant dans la paume de la main…

Une paume bien tenue sans être comprimée et des doigts libres de leurs mouvements lors des manœuvres usuelles : vous avez trouvé la taille de gants qui vous convient.

Prenez garde si vous achetez par la suite une autre marque de gants, voire même un autre modèle, les tailles et les coupes varient légèrement.
Comme tout le monde, vous avez une main dite « forte » et une main « faible ». Cette main forte est par définition un peu plus large. En général, pour un droitier, il s’agit de la main droite (et l’inverse pour les gauchers). Dans la mesure du possible, c’est cette main qui doit servir de référence lors d’un essai de gant.

Mesdames, des ongles longs peuvent fausser la taille requise pour vos gants moto. Si vous souhaitez conserver intacte votre manucure, prenez cet aspect en compte lors du choix, avec à la clé une taille supplémentaire.

N.B. : Le port des gants devient obligatoire en France fin novembre 2016

About author

No comments

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles Recommandés